Articles

 

 

projets antérieurs

 

Loft Angus - Qui veut un loft peut s’offrir un condo

«Tout a été calculé pour offrir des matériaux qui ont une longue durée de vie»

8 juin 2013 | Assïa Kettani | Habitation | Le Devoir

Un nouveau projet immobilier deviendra réalité au printemps 2014 : situé au 3500, rue Rachel Est, à deux pas du métro Joliette, le projet Loft Angus proposera soixante nouveaux logements.

En chantier depuis le mois de janvier, l’immeuble s’élèvera sur cinq étages, dont un étage de mezzanine. Avec des superficies oscillant entre 850 et 1400 pieds carrés, on y trouvera des logements de deux ou trois chambres à coucher, ainsi que 18 penthouses répartis sur deux étages, comprenant deux salles de bain chacun. Pour accommoder ses futurs résidants, l’immeuble aura également deux étages de stationnement intérieur, pour un total de 54 places, soit près d’un espace de stationnement par logement.

Hybride

Côté design, l’équipe mise sur une formule hybride, entre le condo et le loft, où de grandes aires ouvertes accentuent l’impression d’espace. « Ce projet réunit le meilleur des deux mondes, avance Jean Lachapelle, promoteur de Loft Angus. Les logements ont de grands volumes ouverts, sans corridor, mais avec l’avantage des chambres à coucher fermées. »

L’aspect loft est renforcé par la présence du béton apparent dans les logements, à travers notamment les colonnes ou le plafond laissés en béton brut. Pour mieux accommoder ses futurs propriétaires, le projet prévoit quelques touches pensées pour faire une différence.

Il se raffine notamment du côté de la disposition de la chambre principale : le walk-in est par exemple doté de grandes fenêtres, pour s’inscrire dans le prolongement de la chambre à coucher. Le résultat est celui d’une impression de grandeur accrue, avec une autre aire de vie adjacente à la chambre. Les salles de bain sont par ailleurs prévues selon le modèle européen : des sanitaires avec lavabo séparés de la salle de bain sont accessibles de façon indépendante, alors que la salle de bain donne sur la chambre principale.

Pour premiers acheteurs

La clientèle ciblée ? « Le projet s’adresse essentiellement à une clientèle de premiers acheteurs, composée de jeunes professionnels ou encore de baby-boomers », avance le promoteur de ce projet, dont les prix de vente des logements oscillent entre 242 000 et 450 000 $ (avant taxes).

Pour séduire les futurs propriétaires, l’équipe met également en avant la luminosité des logements : la surface de fenestration du projet « dépasse ce que le règlement de l’arrondissement prévoit, soit plus de 50 % », sur une façade pourvue de fenêtres de huit pieds de largeur et de sept pieds de hauteur.

Pour séduire les futurs propriétaires, l’équipe met également en avant la luminosité des logements : la surface de fenestration du projet « dépasse ce que le règlement de l’arrondissement prévoit, soit plus de 50 % », sur une façade pourvue de fenêtres de huit pieds de largeur et de sept pieds de hauteur.

Et, pour ce qui est de la décoration intérieure, les futurs propriétaires ont le choix entre un design préconçu décliné en neuf palettes différentes, ou alors un aménagement personnalisé permettant de choisir toutes les finitions.

Place au balcon-terrasse

Notons enfin que chaque logement aura son propre balcon-terrasse. Ici encore, l’espace est à l’ordre du jour, avec des balcons atteignant huit pieds de profondeur et offrant la possibilité d’y installer « une table et des chaises en été, ce qui est impossible sur les balcons de cinq pieds de profondeur habituellement proposés ». Les penthouses, quant à eux, comptent deux terrasses : aux balcons de huit pieds prévus pour tous les logements s’ajoute une terrasse sur le toit.

Et, pour mieux en profiter, le projet prévoit une touche de verdure, puisqu’un jardin couvrira la toiture afin que les terrasses donnent directement sur un paysage végétal. Sur la façade extérieure également, le projet se met au vert : une végétation verticale enjolivera le bâtiment sur toute sa hauteur, supportée par des treillis longeant les balcons, un détail plutôt rare parmi les projets immobiliers de l’heure. « C’est une bonne occasion d’ajouter de la verdure en zone urbaine », souligne Jean Lachapelle.

Histoire de privilégier l’intimité, toutes les terrasses seront entièrement privées : aucun espace commun n’est prévu sur le toit. Ce détail relève par ailleurs de la politique de la maison : « Nous avons choisi d’intégrer au projet le moins d’équipement commun possible, pour que les frais de copropriété soient bas » et surtout pour qu’ils le restent. Une décision qui se prolonge jusque dans le choix des matériaux : avec une structure en béton et une façade 100 % maçonnerie, « tout a été calculé pour offrir des matériaux qui ont une longue durée de vie », et ainsi des frais stables.

Les promoteurs sont Jean Lachapelle et Daniel Lefebvre - deux ingénieurs et amis d’enfance - qui ont notamment signé des projets comme Cap Tremblant, Loft GenX et Loft GenX2, respectivement couronnés de prix Domus et d’un prix Qualité habitation.

Le Devoir

 


 

 

GenX2: lofts pour la génération X

La phase 2 de Loft GenX (à gauche sur l'image) s'insère dans une ancienne usine de chaussures. La phase 1 (à droite), déjà complétée, se trouve dans une bâtisse neuve.

SOPHIE OUIMET-LAMOTHE | La Presse | Publié le 20 mars 2008 à 10h07 | Mis à jour le 20 mars 2008 à 11h09

Située en plein coeur du quartier HOMA, la phase 2 du projet GenX s'insère dans un bâtiment patrimonial datant de 1908. Une annexe, contenant les six plus grands lofts, sera ajoutée à l'arrière du bâtiment.

Les condos qui se trouvent dans la partie existante sont dotés d'un plancher de béton et d'un plafond de bois. Un ascenseur dessert les quatre étages. Les occupants ont accès à une cour intérieure et à trois terrasses communes sur le toit. À venir: la phase 3, qui sera située dans le même quartier. Cette fois, le but est d'attirer les jeunes familles avec des lofts plus spacieux.

Promoteur: Jean Lachapelle, X. ception Design.

Architecte: Forme Studio.

Nombre d'habitations: 39 lofts, dont six sont toujours à vendre.

Superficie: de 576 à 1600 pieds carrés.

Prix: de 113 323$ à 349 000$ (taxes incluses); stationnement optionnel, 17 500$ (plus taxes).

Arrondissement: Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

À cinq minutes: le marché Maisonneuve, le Stade olympique, la promenade Ontario, le métro Viau.

Clientèle cible: la génération X, soit les jeunes âgés entre 25 et 40 ans.

On aime: le design des lofts, qui parvient à rendre des espaces relativement petits presque grands.

On aime moins: le projet se trouve à la frange d'un ancien secteur industriel. La revitalisation du quartier est amorcée, mais l'ensemble a encore un air abandonné.